Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MRC - Villejuif

Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) à Villejuif : nos convictions, nos prises de position, notre action et celle de notre élu Marc Badel, conseiller municipal de Villejuif.

Articles avec #conseil municipal de villejuif catégorie

Tribune VNV d'avril 2017 - Vote du budget 2017 : l’heure de vérité pour la désUnion citoyenne

Publié le 18 Avril 2017 par Marc Badel dans Tribunes VNV, Votre élu MRC, Conseil municipal de Villejuif, Austérité

Vaudeville, zizanie, invectives entre élus d’une majorité qui se délite, se réduit à peau de chagrin…

L’Adjoint aux finances prétend n’avoir pu ni corriger, ni valider le rapport d’orientations budgétaires, d’ailleurs présenté lors du Conseil municipal du 17 mars par…l’Adjoint à la sécurité, siégeant juste à côté de Philippe Vidal !

La municipalité donne une bien mauvaise image alors que ses déchirements s’accentuent encore…

M. Vidal fait de la surenchère sur l’assainissement financier, soit pour les Villejuifois une nouvelle hausse des impôts locaux ou encore plus d’austérité et de réduction de services…

S’ils ne partagent pas le budget 2017, M. Vidal et son groupe, au lieu de jouer constamment les opposants de salon, doivent ne pas le voter et enfin assumer leurs responsabilités !

M. Badel - www.mrc-villejuif.fr

commentaires

Tribune VNV de mai 2016 : Un budget de commedia dell'arte !

Publié le 3 Mai 2016 par Marc Badel dans Tribunes VNV, Votre élu MRC, Conseil municipal de Villejuif, Sécurité

Le spectacle tragi-comique continue à l’occasion du débat d’orientation et du vote du budget.

L’adjoint P. Vidal, qui est resté dans la majorité de droite, annonce des amputations… Je le surnomme alors « Sganarelle des finances » !

Le budget est digne de la commedia dell’arte : MM. Le Bohellec et Vidal font voter des crédits qu’ils ne dépenseront pas ou seulement à leur guise ! Le budget de 2015 le démontre avec un excédent non dépensé de 5,6 millions d’euros…

Des masques bien décorés dans ce budget 2016, avec la sécurité et l’aide sociale destinées à occulter les diminutions de crédits (prévention, jeunesse, médiathèque, sports…).

Un budget illusoire marqué par l’austérité et la hausse des impôts, à travers l’augmentation des bases instaurée en septembre.

Au nom du MRC, j’ai voté résolument contre un tel budget !

Marc Badel www.mrc-villejuif.fr

commentaires

Tribune VNV de mars 2016 : La désillusion citoyenne

Publié le 29 Mars 2016 par Marc Badel dans Votre élu MRC, Tribunes VNV, Conseil municipal de Villejuif

L'Union citoyenne a éclaté, avec la destitution de Natalie Gandais de ses fonctions de première adjointe lors du conseil municipal du 12 février et l'annonce des autres élus "Verts" qu'ils démissionnaient de l'exécutif...

Ce conglomérat hétéroclite et contre nature dirigé par la droite aura duré moins de 2 ans.

Les déchirements au sein de la majorité, les désaccords publics se sont enchaînés jusqu'à cet épisode qui n'est sans doute pas le dernier...

Le spectacle est désolant. Je suis affligé de l'image que l'on donne de notre ville et surtout pour nos concitoyens qui devraient être la seule priorité des élus !

Marc Badel - www.mrc-villejuif.fr

commentaires

Non au changement de dénomination du parvis Georges Marchais !

Publié le 23 Décembre 2014 par Marc Badel dans Actions, Votre élu MRC, Conseil municipal de Villejuif

Ce 22 décembre au soir, j’ai protesté contre le changement de dénomination du parvis Georges Marchais, décidé par la nouvelle majorité de la soit disant Union citoyenne du Maire Franck Le Bohellec, de Mme Gandais et de MM. Obadia, Lipietz et Vidal.

Des centaines de personnes se sont rassemblées autour d’Olivier Marchais et d’élus de diverses tendances pour marquer leur profonde désapprobation et demander à la municipalité de revoir sa décision.

J’étais intervenu lors du Conseil municipal du 17 décembre pour m’opposer à cette mesure mesquine et méprisable, qui n’honore absolument pas la nouvelle municipalité.

Pour moi, il s’agit d’une question de principe, que l’on partage ou non les convictions politiques de l’intéressé.

En effet, il est d’usage dans notre République d’honorer, après leur disparition, les élus de la Nation qui ont œuvré pour l’intérêt général.

Aussi, en tant que républicain et élu du MRC, je considère comme inacceptable de vouloir effacer de l’espace public et de la mémoire collective le nom de Georges Marchais, personnalité politique nationale et député de Villejuif pendant près d’un quart de siècle.

Il est dérisoire d’opposer Georges Mathé à Georges Marchais. Le professeur Mathé, éminent cancérologue, mérite évidemment d’être honoré, mais pas au détriment du parlementaire élu par les citoyens Villejuifois pendant 24 ans !

Marc Badel, Conseiller municipal MRC de Villejuif

commentaires

Conseil municipal du 26 septembre 2014 : règlement intérieur, centre municipal de santé, CCAS, service public, voeu sur l'encadrement des loyers

Publié le 10 Novembre 2014 par Marc Badel dans Conseil municipal de Villejuif, Votre élu MRC

Retrouvez mes interventions lors du Conseil municipal du 26 septembre 2014 :

1. Délibération n° 139/2014 : Adoption du règlement intérieur du Conseil Municipal de la Commune de Villejuif.

"La loi prévoit que les conseils municipaux aient adopté leur règlement intérieur dans les six mois qui suivent les élections. Elle ne dit pas qu’il faille attendre 6 mois pour échanger et consulter les conseillers. Beaucoup de communes procèdent autrement. La révision du règlement donne lieu à différentes réunions, qui permettent aux différentes formations politiques d’échanger, l’idée étant de dégager un consensus. Le règlement intérieur n’a pas vocation à régler des problèmes internes à une majorité. Or la première et unique réunion a eu lieu le 10 septembre. Mais, au-delà de la méthode, ce règlement réduit la capacité d’intervention des conseillers municipaux. Il introduit une mesure de limitation de leur temps de parole. Je ne suis pas contre une limitation, mais tout est une question de mesure et de proportion. Je ne pense pas que cette disposition soit une avancée démocratique.

Dans l’ancienne version, une disposition permettait à l’opposition d’inscrire un point à l’ordre du jour du Conseil. Cette disposition a été retirée du nouveau règlement. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une avancée démocratique. Concernant le pouvoir plus important octroyé à la conférence des présidents, je ne suis pas certain que le débat démocratique s’en trouve facilité. Je ne vais pas égrainer tous les points qui me semblent contestables. Mon propos vise plutôt à considérer que, tant en matière de méthode que de contenu, ce règlement intérieur n’est pas satisfaisant. Ce règlement intérieur ne sera pas voté à l’unanimité, ce que je regrette. Un règlement intérieur n’est pas un acte politique, mais une disposition ayant vocation à permettre à l’assemblée de fonctionner. Pour ce qui me concerne, je voterai contre."

2. Délibération n° 140/2014 : Vote du budget supplémentaire 2014

"Monsieur VIDAL, vous nous avez indiqué en première commission que le cabinet effectuerait une restitution de l’audit à Monsieur le Maire et à vous-même. Conformément à l’engagement pris, celui-ci sera rendu public. Or ce rapport public tarde à être publié. Fin août, vous écrivez une tribune qui laisse penser que vous disposez déjà d’éléments. Ce soir, vous nous annoncez finalement qu’il ne sera prêt que mi-octobre. L’écriture définitive du rapport semble nécessiter du temps, ce qui n’est pas rassurant. Si la réalité décrite était si édifiante, il n’y aurait pas besoin d’autant de temps pour le rendre public."

(Au sujet de l'annulation par la nouvelle majorité municipale des travaux de rénovation du Centre municipal de santé Pierre Rouquès) "Monsieur OBADIA nous explique que l’objectif est d’améliorer les travaux car l’accessibilité pour les handicapés n’aurait pas été prévue. Le meilleur moyen pour atteindre cet objectif est de supprimer les crédits et la réalisation des travaux, qui sont renvoyés aux calendes grecques. Concernant le CCAS, vous annoncez une baisse des subventions de 294 000 euros. J’espère que cette décision ne va pas entraîner une baisse de l’aide sociale offerte par cet établissement. Nous aurions aimé avoir plus de détails sur ces aspects, pour nous assurer qu’il ne s’agit pas de maquiller une diminution de l’aide sociale, alors même que nous traversons une crise économique et sociale très forte. Je défends une politique économique volontariste, l’implantation d’entreprises et les créations d’emplois. Cependant, il est essentiel que l’intervention sociale soit maintenue pour les plus défavorisés, car elle est nécessaire en termes de cohésion sociale et pour permettre des conditions de vie dignes au sein de notre population. Je voterai contre ce budget supplémentaire."

6. Délibération n° 144/2014 : Approbation du bilan global 2013 de la SEMGEST

"Dans la version originelle de ce rapport, il était indiqué :

« Le Conseil municipal délibère : Article unique : Approuve le bilan global de l’année 2013 présenté par la SEMGEST, se félicite des actions conduites et des résultats financiers dégagés, invite les dirigeants de la SEMGEST à poursuivre les stratégies commerciales et de gestion déployées, tout en maintenant un haut de qualité des prestations effectuées. » Je trouvais ce rapport excellent. Je regrette que votre majorité ait déposé un amendement qui conduit à modifier cette délibération. Je demande que nous puissions voter la délibération que vous aviez rédigée. Dans ce cas, je voterai pour."

7. Délibération n°145/2014 : Délégation de Service Public de la Restauration Collective – Bilan technique et financier de l’exercice 2013 de la SEMGEST

"Je suis attaché à ce que le service de restauration collective reste dans le giron public. Je me félicite que la SEMGEST, qui est une entreprise publique, exerce ce service. J’espère qu’il n’y aura pas de remise en cause de cette délégation. Il est préférable qu’une SEM réalise des bénéfices qui reviendront à la ville plutôt que SODEXO ou d’autres multinationales réalisent des bénéfices sur le dos de la ville et des Villejuifois."

Voeu sur l'encadrement des loyers à l'initiative des conseillers municipaux PS, PCF, MRC et PG

« Dans le Val-de-Marne, comme dans les grandes métropoles, la crise du logement est plus que jamais un sujet de préoccupation majeur. Ici comme ailleurs, les loyers connaissent une hausse continue depuis plus de 20 ans.

Dans ce contexte, la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové « ALUR » du 24 mars 2014 (n° 2014-366) a introduit un mécanisme d’encadrement des loyers, dans les agglomérations où il existe un fort déséquilibre entre l’offre et la demande de logements et où les loyers ont connu de fortes progressions au cours des dernières années.

La limitation de l’encadrement des loyers à la seule ville de Paris ne correspond pas aux besoins des habitants de l’agglomération parisienne.

Le Val-de-Marne se singularise à la fois par sa vitalité démographique et par la fragilité de sa population. La hausse continue des loyers, en particulier dans les communes de la petite couronne parisienne, a privé un nombre important d’habitants du Val-de-Marne de la possibilité d’accéder à un logement et met en péril la mixité sociale dans certains de nos quartiers.

Jusqu’à présent, seul un effort important sur le logement social permet d’apporter une solution, malheureusement insuffisante, à ces problèmes de logement des populations à revenus faibles et moyens, c’est-à-dire l’immense majorité de nos concitoyens.

Il apparaît donc nécessaire, voire indispensable, que l’encadrement des loyers s’applique aussi dans le Val-de-Marne, et sur le périmètre de l’agglomération parisienne, là où les besoins sont les plus importants.

D’autres agglomérations, comme Lille ou Grenoble, ont déjà indiqué qu’elles souhaitaient appliquer l’encadrement des loyers tel que prévu dans la loi ALUR.

Comme pour ces agglomérations et comme pour Paris, le Val-de-Marne a besoin de l’encadrement des loyers.

En conséquence, le Conseil Municipal de Villejuif, réuni le 26 septembre 2014 :

- déclare nécessaire l’application du dispositif d’encadrement des loyers prévu par la loi non seulement au département du Val-de-Marne, mais également à l’ensemble des territoires concernés par le projet de loi délimitant la Métropole du Grand Paris

- demande son application au territoire de la ville de Villejuif et de la CAVB. »

"Je soutiens ce vœu, en ayant conscience qu’il ne s’agit pas d’une solution miracle. Ce dispositif peut permettre de réduire la spéculation immobilière, tant sur le prix de l’immobilier que sur le montant des loyers. Nous pouvons regretter que cette loi arrive si tardivement. Pendant les années 2000, on a pu assister en France à une hausse vertigineuse des prix de l’immobilier. L’essentiel du mal est fait. Il n’est pas trop tard pour encadrer les loyers afin de freiner cette spirale de hausse qui pèse principalement sur les classes moyennes et modestes."

Marc Badel, conseiller municipal MRC de Villejuif

commentaires

Intervention au Conseil municipal d'installation du 5 avril 2014

Publié le 10 Avril 2014 par Marc Badel dans Opposition, Gauche, Conseil municipal de Villejuif, Interventions, Votre élu MRC

Conseil municipal du 5 avril 2014 à l'espace congrès des Esselières à Villejuif

Conseil municipal d'installation du 5 avril 2014 à l'espace congrès des Esselières

Conseil municipal d'installation du 5 avril 2014 à l'espace congrès des Esselières

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, chers collègues,

Mesdames, messieurs,

La défaite de la liste de rassemblement de la gauche conduite par Claudine Cordillot peut s’expliquer, à mon sens, par une triple causalité.

La première est liée au contexte national particulièrement difficile, avec de très mauvais résultats électoraux enregistrés par la gauche et singulièrement par le parti socialiste. C’est une réelle sanction que les citoyens ont souhaité infliger au Gouvernement, notamment par une abstention massive et le vote Front national.

Nos compatriotes ont marqué leur rejet de la politique menée à l’échelle nationale, des errances d’une ligne sociale-libérale qui approfondit la crise à laquelle nous sommes confrontés. Crise financière, économique, sociale, crise de la dette, crise de l’euro et à présent, crise politique caractérisée par le découragement et la révolte des Français face à l'impuissance publique.

Jean-Luc Laurent, le président du MRC, l’a souligné, « les Français, orphelins du discours du Bourget, ont fait entendre leur voix. Il doit en résulter non un simple remaniement mais un retour aux fondamentaux qui ont conduit le Président de la République au pouvoir. »

La deuxième cause a clairement une dimension locale. Les électeurs ont manifesté leur mauvaise humeur, leur impatience, voire leur insatisfaction, malgré l’important travail de gestion et de transformation accompli au cours du dernier mandat.

Nous devons regarder les choses en face et analyser finement le message que les Villejuifois ont exprimé lors de ces élections municipales.

Il nous faudra mener, avec lucidité et courage, un travail d’inventaire et de réflexion collective sur ce que furent nos pratiques politiques, notre relation au pouvoir, notre relation avec les Villejuifois.

Nos concitoyens attendaient sans doute plus de proximité, d’écoute et de dialogue. Nous devrons en tirer les conséquences, en étant à leurs côtés au quotidien et en recueillant leurs attentes et leurs préoccupations, pour nourrir notre réflexion et leur montrer que nous avons pris en compte leur message.

Ce travail partagé est nécessaire pour construire une alternative durable, retrouver une dynamique et redonner envie à la population de faire confiance à la gauche républicaine.

La dernière cause a été déterminante, transformant le sérieux avertissement qui nous était adressé par les électeurs le 23 mars, en une sévère punition pour la liste de rassemblement de la gauche le dimanche suivant.

Il s’agit d’une alliance hétéroclite et improbable entre les candidats soit disant verts et divers gauche et ceux de la droite UMP et UDI. Une coalition contre nature s’est constituée à l’issue du 1er tour, dans le seul objectif que Villejuif ne soit plus une commune ayant un maire communiste !

Quatre listes, ayant chacune obtenu un score relativement modeste, ont conclu un pacte anti-communiste, comme au temps de la guerre froide !

Deux listes, l’une EELV et l’autre s’affichant divers gauche, ont recueilli 21,05% des suffrages exprimés issus d’un électorat manifestement de gauche. Elles n’ont pas hésité à s’allier avec les deux listes de droite pour mettre en minorité la liste de rassemblement de la gauche PCF-PS-PG-MRC-Citoyens, pourtant arrivée nettement en tête le soir du 23 mars, avec 32,72 % des voix.

Finalement, le nouveau maire n’aura obtenu que 17,15 % au premier tour et il aura fallu une alliance de quatre listes pour vaincre la gauche, sans compter que les logos de droite ont été effacés pour mieux brouiller le message. Tout ceci n’honore pas la politique !

La nouvelle majorité municipale, puisqu’elle existe, votre élection à la fonction de maire M. Le Bohellec en est le témoignage, aura beaucoup de difficultés à affronter l’épreuve du temps et celle du pouvoir.

C’est ainsi qu’avant même l’élection du maire, la soit disant « Union citoyenne pour Villejuif » était déjà fragilisée par l’affrontement entre les différents égos et les tentations de la division. Il aura fallu moins d’une semaine pour que Monsieur Harel quitte votre alliance électoraliste du second tour et soit exclu de l’exécutif. Quand rejoindrez-vous l’opposition Monsieur Harel ?

Quelle politique allez-vous mener Monsieur le Maire, Madame Gandais et Monsieur Vidal ? Parviendrez-vous à surmonter vos divergences ? Quel projet commun pourrez-vous mettre réellement en œuvre au service des Villejuifois ?

Je crains que ce mandat ne soit marqué par des tensions et des querelles intestines, qu’il se traduise par un immobilisme mortifère pour Villejuif, entre l’absence de vision pour le futur et la volonté d’arrêter ou de modifier en profondeur certains grands projets structurants pour le développement de notre ville.

L’électorat de gauche ne s’est pas évaporé. Il reste même majoritaire à Villejuif, si l’on tient compte des voix obtenues au premier tour par l’ensemble des listes étiquetées de gauche ou écologiste.

Conscients de la responsabilité qui nous incombe, celle qui nous a été confiée par les 6 776 électeurs qui nous ont accordé leurs suffrages dimanche 30 mars, nous élus de la liste « En avant Villejuif ! » saurons incarner une opposition vigilante, combative et persévérante. Nous défendrons les valeurs de gauche que nous partageons, tout en sachant exprimer nos différentes sensibilités.

Pour ma part, je serai un opposant attentif, déterminé et constructif, sachant faire preuve de sens critique, mais également capable de formuler des propositions. Je serai particulièrement attentif à ce que je considère comme essentiel à la cohésion sociale et à l’avenir de notre ville.

Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les élus de la majorité, à la lumière de vos engagements en matière de démocratie et de transparence dans la gestion de la ville, je veillerai au respect que vous aurez de l’opposition, aux informations nécessaires auxquelles vous lui permettrez d’accéder et aux moyens de travail, de proposition et d’expression que vous lui fournirez.

En effet, une commune n’est la propriété de personne, d’aucune formation politique. Elle n'appartient qu'à ses habitants. Chaque conseiller municipal, dans cette assemblée, mérite un égal respect, car il est un représentant des citoyens Villejuifois.

Au sein de l’opposition municipale, je représenterai le MRC - Mouvement Républicain et Citoyen et ferai vivre les valeurs républicaines, de fraternité, de progrès et de justice sociale. Je lutterai pour la laïcité, le service public, l’école et la sécurité pour tous.

Je défendrai en particulier :

- l’exigence éducative de l’école républicaine ;

- un service public de proximité, efficace, moderne et répondant aux besoins de la population ;

- le développement économique pour l’emploi ;

- dans un contexte financier difficile pour les collectivités locales, la poursuite des efforts de maîtrise du budget, de la fiscalité et de la dette.

- Le maintien d’une politique en faveur du logement social, la construction de logements diversifiés et l’encouragement à l’accès à la propriété pour les familles modestes et moyennes, car notre commune doit rester populaire et riche de sa diversité sociale.

- la sécurité pour tous, en renforçant les pouvoirs de police du maire pour contrôler le stationnement, l’hygiène, les dépôts de déchets sauvages, en poursuivant et développant le travail de confiance engagé avec la Police nationale et la Justice et en mettant en place la vidéo-protection dans les endroits sensibles.

Le Mouvement Républicain et Citoyen continuera d’agir en faveur d’une ville tournée vers l’avenir, dynamique, humaniste, agréable à vivre et solidaire.

« Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire; quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. » Georges Clémenceau.

Marc Badel, conseiller municipal de Villejuif

commentaires